Pourquoi est-il si difficile de parler des règles ?

Les règles : un phénomène biologique naturel

Photo de la Nageuse Fu YuanhuiUn sujet de santé publique menstruelle fait le buzz depuis le 13 août dernier.
Date à laquelle lors d’une interview, la nageuse chinoise Fu Yuanhui a justifié, sa mauvaise performance au relais 4 x 100 mètres, des JO de Rio, par le fait qu’elle avait ses REGLES !!!
Alors, même si elle est restée au pied du podium, elle est montée au rang d’héroïne nationale parce qu’elle a osé évoquer le sujet tabou des cycles menstruels embarquant des millions de fans sur les réseaux sociaux.
Qui pouvait espérer meilleure vitrine que celle des Jeux Olympiques ? Qui aurait pensé qu’elle allait évoquer le sujet tabou des règles ? Ne dit-on pas que les sujets tabous sont un levier pour faire le buzz ? Et bien qu’a cela ne tienne, profitons de ce phénomène et de la brèche ouverte par la nageuse pour lancer un message universel : Les règles, c’est naturel.

Tous concernés par les cycles menstruels

La planète entière est concernée par ce sujet. Sans santé menstruelle pas de descendance. Et pourtant, dans le monde, les règles sont stigmatisées et véhiculent une image négative du corps de la femme. Il est difficile d’en parler ouvertement.
Une étude internationale sur le sujet des règles a été menée par la société Clue en collaboration avec l’international Women menstruation. Elle a permis de recenser pas moins de 5 000 euphémismes dans le monde pour éviter de prononcer les mots règles ou cycles menstruels.

5000 euphémismes sont utilisés dans le monde pour éviter de parler des règles.


Autant de subterfuges qui prouvent le malaise provoqué par les règles.

Le plus désolant, c’est que cette situation expose les femmes à des injustices.
Saviez-vous qu’en Inde 9 jeunes filles sur 10 manquent l’école pendant leurs règles. Et dans les zones les plus rurales, 5 jeunes filles sur 10 abandonnent complètement l’école lorsqu’elles sont réglées.

En Inde, 5 jeunes filles sur 10 abandonnent l’école lorsqu’elles sont réglées

Autre exemple, l’UNESCO rapporte qu’au Kenya, une jeune fille sur deux n’a pas accès aux protections intimes à cause d’interdits religieux, de problèmes financiers ou du sentiment de honte.

Mais est-ce différent dans le monde occidental ?

Les spots publicitaires pour protections hygiéniques, sont révélateurs sur ce sujet. Dans ces spots le sang des femmes se transforme par magie en un liquide bleu pale.
Parce que le sang des règles c’est « sale, dégoutant et honteux ». C’est l’idée que véhicule notre société.

Il y a tout de même une marque qui a sauté le pas et osé montrer un sang rouge. Il s’agit de la marque britannique Bodyform. Bravo pour cette initiative. Cependant le tabou est encore là puisqu’on voit bien des femmes saigner, s’écorcher, se blesser en faisant du sport, mais à aucun moment les images de ce spot ne nous permettent de comprendre le parallèle avec le sang des règles. Il faut attendre la fin du spot pour lire « Ne laissez pas les règles vous arrêter ». Dommage que la protection intime qui est la star de ce spot publicitaire ne soit visible à aucun moment.


Vous souvenez-vous de la première fois où votre maman vous a expliqué que vous alliez être réglée ? Non ? Eh bien, c’est peut-être parce ce qu’elle ne l’a pas fait ?
Chut il faut être discret.

L’interview de la nageuse aura permis de délier les langues.
Ainsi le journal d’information Courrier International, pour ne citer que lui, a publié pas moins de 8 articles sur le sujet sur ces 2 derniers mois.

courrier-internationnal-regles-1 Articles du journal Courrier International sur le srègles

Parler des règles autour de vous, c’est faire en sorte de briser les tabous. « Les règles c’est naturel » Alors ne laissons pas le soufflet retomber, n’hésitez pas à poster vos commentaires, partager et diffuser.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *