Nos engagements sur les matières utilisées: 

vive la nature avec les plim bio

  

PliM ne choisi que les matières les plus saines et écologiques qui existent à l'heure actuelle. Nous avons même un partenariat avec l'Institut Français du Textile et de l'Habillement (IFTH) pour toujours être au courant des innovations et booster les recherches d'industriels vers des matières plus respectueuses, plus écologiques et plus saines.

Un textile écologique pour nous, est un textile dont la matière première est une fibre naturelle qui provient d'une culture qui respecte le cahier des charges de l'agriculture biologique et dont l'ensemble du processus de préparation et particulièrement la teinture respecte les normes les moins polluantes pour l'environnement. Et bien-sûr il doit être certifié, pas question de croire sur parole!

Certains textiles ne sont pas issus de fibres naturelles mais sont recyclées ou ont un processus très écologiques, mais nous préférons les fibres naturelles.
D'autres sont tagués du symbole écologique marketing, comme le bambou, qui a en effet une belle qualité écologique en tant que plante, mais ravage les terres agricoles utiles pour l'alimentation locale au profit d'une exportation de bambou dont les procédés de fabrication du tissu sont extrêmement polluantes.
D'autres sont naturels mais n'ont pas de certifications comme le chanvre.

Nous souhaitons aussi des textiles sains pour la santé et fabriqués dans le respect des travailleurs et des conditions sociales justes.

La certification GOTS assure que le tissu est bien issu de l'agriculture biologique: culture sans pesticides ni insecticides, arrosage raisonné, tissage ou tricotage sans adjonction de produits chimiques (pas de chlore, pas d'agent azurant, pas de colorant comportant des métaux lourds ou des composés azoïques,...) et que les normes sociales de travail sont bien respectées.

-> En savoir plus sur le label GOTS

Nous utilisons une membrane imperméable et respirante technique et qui, à ce jour, ne peut pas être fabriquée correctement avec des matières en fibres naturelles tel que le coton. En effet les qualités respirantes et imperméables sont dues à une fine couche étanche et micro-perforée qui laisse passer la vapeur d'eau mais pas les fluides. Ce film ne peut être posé sur une fibre naturel car les petits fils qui en dépassent empêchent une bonne adhérence et résistance aux frottements. Nous utilisons donc pour nos plim un polyester lisse enduit d'une membrane étanche et respirante. Cette membrane ne provient pas de coton donc pas de l'agriculture biologique mais a toutes les qualités et les meilleures sécurités grâce à sa certification OEKOTEX.

La certification OEKOTEX garantit entre autre l'absence de métaux lourds, de formaldéhydes avec un contrôle de la nocivité des colorants et de la qualité des eaux usées dans les traitements du tissu. Nos tissus techniques sont certifiés de la classe 1 donc autorisés pour la peau des bébés (fine et très absorbante). C'est la meilleure certification qu'il soit pour ce textile technique.

-> En savoir plus sur le label Oeko-Tex

 fleur de coton pour plim

puce verte Textile et environnement : de l'intérêt d'utiliser des textiles certifiés Bio.

  • La culture du coton une des cultures les plus polluante au monde.

En Inde, si à peine 20% des terres cultivables produisent du coton, cette culture utilise à elle seule 80% des pesticides de ce pays.

Pourquoi la culture du coton est-elle la plus traitée au monde, alors que cette plante a été cultivée pendant des millénaires sans aucun apport chimique ? Aux causes habituelles de la multiplication des traitements chimiques en agriculture –monoculture, variétés sélectionnées, recherche du rendement maximum – s’ajoute le fait que nul ne s’est préoccupé de la présence d’éventuels résidus, puisque le coton n’est pas une culture alimentaire. Et peu importe si les petits paysans des pays pauvres s’intoxiquent ! (Il faut savoir que plus d'1 million de travailleurs sont ainsi intoxiqués.)

Ces résidus vont polluer l’eau des rivières dans lesquelles les industries textiles rejettent leurs eaux usées. Eau qui peut-être servira à arroser les légumes que nous mangerons.

Un aspect moins connu, mais également préoccupant de la culture du coton, est celui de l’irrigation. Le coton est le troisième consommateur d’eau d’irrigation de la planète, après le riz et le blé, avant le maïs et les fruits et légumes. Il faut, selon les techniques utilisées, entre 7 000 et 29 000 litres d’eau pour produire un kilo de coton, alors que 900 litres "seulement" sont nécessaires pour un kilo de blé et 1 900 litres pour un kilo de riz.  

Plus de 50% du coton cultivé dans le monde est irrigué. Soulignons que l’eau est une ressource de plus en plus rare, tout en étant essentielle à la production alimentaire de très nombreux pays.

  • Bilan santé du coton ?

1 million de personnes intoxiquées dont 22.000 morts chaque année (chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé).

Les pesticides et engrais chimiques de synthèse sont responsables de problèmes de santé des paysans: cancer, infertilité, problèmes génétiques de la descendance... là-bas... mais en France aussi. La MSA (Mutualité Sociale Agricole) recommande une protection totale intégrale lorsqu'un paysan traite ses champs (gants, masque, tenue complète). Avez-vous déjà vu un paysan devenir cosmonaute le temps de traiter ses champs? Le jour où ils le feront, ils ne seront plus agriculteurs. Et c'est pour cela qu'ils ne le font pas au détriment de leur santé! Ici et encore plus là-bas, dans les pays de production du coton... (pour d'autres cultures le schéma est le même: soja...)

Comprenez ici le vrai problème des pesticides, insecticides et fongicides.


Un coton 
Bio, c'est un coton issu de l'agriculture biologique !

Un plant de coton qui n'a pas reçu d'engrais chimique, ni de pesticide de synthèse, ce qui est bon pour l'environnement (le sol, l'eau,) mais aussi nettement plus respectueux de la santé de l'agriculteur. 

puce verte D'autres textiles naturels et écologiques :

Le chanvre n'a pas besoin d'apport extérieur, donc pas d'apports chimiques. C'est une plante peu gourmande en eau. Donc elle est considérée comme très naturelle.  Malgré que cette culture soit très adaptée à nos terroirs... le chanvre textile est encore peu cultivé par chez nous. Un autre avantage bien utile, la fibre est très résistante et anti-fongique naturel: un allié de notre intime!

puce verte Textile et santé : de l'intérêt d'utiliser des textiles certifiés.

Par ailleurs, la fabrication des tissus de coton non biologique utilise de très nombreux additifs chimiques (pour renforcer les fibres, faire glisser les fils, stabiliser les trames, décolorer et recolorer les tissus). A tel point qu'un coton dit «naturel» peu contenir jusqu'à 10% de son poids en produits chimiques...

Quelle est l'influence des composants chimiques des tissus sur notre santé? 

Par exemple, voici les composés qui ont été retrouvés dans des vêtements pour enfants (pyjama, sweat-shirt et imperméables) qui contenaient à des doses diverses:

  • des organo-étains, dangereux pour le système immunitaire et pour la croissance
  • du formaldéhyde, substance classée comme cancérigène probable
  • des alkylphénols éthoxylates, ayant une influence sur le système endocrinien
  • du cadmium
  • des phtalates

Surveillons l'origine des fibres que nous portons...

puce verte Les différentes étapes de création d'un textile et ses conséquences sur la santé. 

Nettoyage:
La première opération réalisée sur les fibres naturelles est le nettoyage, c’est une opération purement physique et sans impact sur l’environnement pour les fibres naturelles (sauf pour la laine).

Encollage: 
Une fois nettoyés, puis filés, les fils destinés à constituer la chaîne, sont plongés dans un bain à base d’amidon, de résines synthétiques ou de produits gras, en vue de les protéger du frottement lors du tissage : c’est l’encollage.

Blanchiment:
Utilisation de produits à base de chlore, notamment l’eau de Javel. Elle est de plus en plus remplacée par d’autres composés chlorés et par l’eau oxygénée, beaucoup moins polluante. Ce blanchiement est responsable de la libération de la dioxine supposée cancérigène et qui favoriserait l'endométriose. Et semblerait qu'il y en ait dans toutes les protections jetables, tampons ou serviettes.

Désencollage:
C’est la dernière opération avant teinture, qui consiste à débarrasser le tissu, par voie chimique, des produits utilisés pour l’encollage.

Teintures chimiques et autres produits d'ennoblissement :  une menace pour notre santé:
Les risques pour la santé sont dus à la présence dans les vêtements que nous portons de deux grandes familles de produits chimiques: les teintures et les résines.

  • Les teintures : les constituants chimiques de certaines d’entres elles peuvent provoquer des allergiesLes métaux lourds (chrome), parfois utilisés en teinture comme produits de mordançage (ainsi nommés car ils permettent à la couleur de "mordre" la fibre), peuvent également provoquer des allergies. Certains colorants azoïques peuvent par ailleurs libérer des amines aromatiques cancérigènes. Ils sont interdits en Allemagne depuis 1996, mais certains sont encore autorisés en France.
  • Le formaldéhyde des résines : de très nombreux vêtements, notamment en coton et en rayonne, contiennent du formaldéhyde, pour rendre les vêtements infroissables. C’est un allergène bien connu, mais il peut avoir d’autres effets négatifs : irritations, saignements de nez, maux de tête, nausées, pertes de mémoire.

Les apprêts:
Une fois teint ou imprimé, le tissu doit subir encore d’autres apprêts chimiques. Voici les plus courants :

  • Le mercerisage s’applique au coton pour lui conférer un aspect soyeux et lui donner une meilleure aptitude à la teinture
  • L’apprêt d’infroissabilité
  • L’azurage optique renforce l’impression de blanc immaculé de certains tissus.
  • Le traitement antifeutrage
  • Le traitement antitaches
  • L’imperméabilisation
  • L’ignifugation
  • Les traitements antimicrobiens
  • Les traitements anti-UV

puce verte Et Plidans tout ça?

Notre travail a été récompensé, bien-sûr par l'ensemble de nos clientes fidèles mais aussi nous avons reçu en 2012 le trophée de l'innovation du procédé écologique, décerné par le pôle des éco-industries et qui a mis en valeur notre travail sur nos textiles et nos plim.

 

PliM veille à la qualité des textiles choisis pour vous habiller.
Et vous?  

Retour à la page sur les explications des plim.-