Règles douloureuses?

Petite définition de la dysménorrhée:

La dysménorrhée, appelée plus communément « règles douloureuses » est un problème fréquent, qui touche environ 70% des femmes. Elle se caractérise par des douleurs assimilables à des crampes dans le bas-ventre et/ou l’abdomen à l’intensité variable, et qui peuvent à l’occasion s’accompagner de maux de tête, nausées ou encore fatigue. Elles peuvent être handicapantes pour certaines femmes (de 5 à 15%), immobilisées pendant 24 à 48 heures. Elles peuvent se ressentir dans le dos ou dans les cuisses.

La dysménorrhée est principalement due aux contractions de l’utérus, nécessaires afin d’expulser les muqueuses et le sang menstruel. 

Facteurs aggravants

  •  la consommation d’alcool et de tabac pendant les règles
  •  le manque d’exercices physiques
  •  l’excès de poids
  •  l’anxiété
  •  une puberté précoce (avant l’âge de 11 ans)
  •  certains conditions psychologiques
  •  l’utilisation d’un stérilet en cuivre

Que faut-il faire?

Quelques conseils:

Des études indiquent que les contractions de l'utérus sont dues à un déséquilibre au niveau des prostaglandines, à savoir entre les oméga-6 et les oméga-3. Il faut donc privilégier les oméga-3 et limiter les oméga-6.

  • limiter les oméga-6 donc margarine, graisses végétales, graisses animales.
  • favoriser les oméga-3 poisson gras (maquereau, saumon, hareng, sardines), huile et graines de lin.
  • boire de l'eau minérale riche en magnésium
  • opter pour une bouillotte posée sur le bas ventre.
  • prioriser la Vitamine D, 5 jours avant la date supposée du premier jour des règles
  • travailler au mieux son périnée entre autre avec les boules de geisha.
  • couvrir ses reins, éviter les pantalons taille basse, passer une écharpe ou jupe chaude pour couvrir le bas du dos (ce qui évite que les reins aient froids et se recroquevillent tirant sur le bas ventre).

La "recette de grand-mère":

Mettre de la cannelle dans un fond de verre d'eau froide ou bien du cumin avec un peu de citron.

En phytothérapie, en capsule ou tisane. 

Pour bien préparer sa tisane: 1 à 2 cuillère de plantes fraîche ou sèche dans un demi litre d'eau en ébullition. On couvre et on laisse infuser 10 minutes hors du feu.

  • L'onagre ou bourrache: 6 capsules d’huile végétale dosées à 500 mg non-stop pendant 3 mois  (sauf 5 jours par mois pendant les règles).
  • Le gattilier, prendre matin et soir une gélule. Cette plante influence l’activité hormonale et est utilisée depuis l’antiquité pour apaiser les règles douloureuses et les seins gonflés. 
  • La grande camomille pour la migraine liée à l’arrivée de vos règles. Une gélule matin et soir.
  • Le houblon. Une gélule matin et soir rétablira votre humeur, pour éviter la nervosité. 
  • La sauge sclarée (LA plante de la femme menstruée), en cas de règles irrégulières et douloureuses (propriétés oestrogéniques
  • L’armoise est une plante utilisée en médecine traditionnelle chinoise depuis plus de 2000 ans. À ce jour, on utilise notamment des extraits d’armoise annuelle dans les traitements contre le paludisme. Avant l’arrivée des règles, pendant les quatorze derniers jours du cycle, on la consomme en infusion afin de lutter contre le syndrome prémenstruel. Facilitant l’écoulement, l’armoise est également conseillée en cas de retard ou d’arrêt des règles. Attention : l’armoise a des effets puissants et ne convient pas aux femmes enceintes.
  • la menthe poivrée que l’on consomme entre les repas, trois fois par jour.
  • Alchémille,
  • Camomille romaine,
  • Feuilles de framboisier,
  • Angélique

Aromathérapie: ou le bien fait des huiles essentielles.

Les huiles essentielles s'utilisent en usage interne: Une goutte sous la langue 1 à 2 fois par jour ou mélangée à un yaourt, du miel, sur un sucre ou incorporée dans une infusion.

Elle peut aussi s'utiliser en usage externe: 1 goutte sur le bas ventre, à renouveler toutes les heures ou régulièrement jusqu'à amélioration. Il est préférable de mélanger avec de l'huile végétale pour appliquer en massage.

Pensez aussi à consommer les plantes fraîches.

  • L'huile essentielle d'estragon (usage interne et externe)
  • L'huile essentielle de sauge sclarée: (une goutte dans une infusion aubépine ou camomille)
  • L'huile essentielle de basilic.
  • Antidouleurs et antispasmodiques. Calme les douleurs liées au cycle menstruel et apaise les troubles digestifs.
  • L’huile essentielle de menthe poivrée antispasmodique reconnu. Attention : l’huile essentielle de menthe poivrée ne convient pas aux enfant de moins de quatre ans, en cas de faiblesse des voies biliaires ou du foie et en cas de grossesse.
  • L'huile essentielle de cannelle, merveilleuse épice qui a d’importantes vertus antispasmodiques. Depuis des millénaires, la cannelle est considérée comme la reine des épices en médecine ayurvédique et chinoise. Elle lutte contre l’inconfort digestif et les douleurs au bas-ventre.
  • Les mélanges pré-préparés: capsules oléocaps, confort gynécologiques de Pranarôm.

Attention aux contre-indications entre autre pour les femmes enceintes, allaitantes ou ayant des antécédents de cancer hormonodépendant, d’insuffisance rénale ou d’épilepsie. En cas de doute, demandez l’avis de votre médecin.

- Revenir au sommaire sur l'intimité féminine -