10 questions que l’on se pose avant de passer aux protections hygiéniques lavables

Réduire ses déchets, ne plus avoir besoin sans arrêt de courir au magasin pour refaire un stock de protections hygiéniques, éviter les compositions opaques néfastes pour la santé… Quelle que soit la raison, vous souhaitez vous lancer dans les protections hygiéniques lavables, mais par manque d’informations, vous êtes perdue

PliM vous aide à faire le point et répond aux 10 interrogations les plus fréquentes sur le lavable :

1. C’est vraiment efficace ?
2. C’est vraiment plus sain que le jetable ?
3. C’est cher, non ?
4. Et pour les odeurs ?
5. C’est dégoûtant, c’est un retour en arrière !
6. Mais ça se tâche, non ?
7. Jamais je ne pourrais renoncer à la discrétion du tampon !
8. J’ai des fuites urinaires, les protections lavables ne sont pas suffisantes pour moi.
9. Comment puis-je transporter des protections utilisées ?
10. Et les culottes menstruelles, ça sert à quoi du coup ?

 

 

1. C’est vraiment efficace les plim ?

Le technologie AIRaO des serviettes hygiéniques lavables plim

Le technologie AIRaO des plim

 

OUI ! La première chose que l’on demande à une serviette hygiénique, c’est qu’elle fasse son travail : absorber les pertes en se faisant discrète. PliM a développé la technologie AIRaO, garantissant une absorption rapide des flux et la respirabilité des tissus pour éviter la macération. Le liquide rencontre d’abord le coton bio certifié de haute qualité, qui absorbe les liquides en quelques secondes (règles, fuites urinaires ou incontinence) et dirige le flux vers le noyau absorbant, puis vers le fond imperméable de la serviette.
PliM a développé une gamme de protège-slips et serviettes hygiéniques lavables adaptées à tous les flux : de la plus petite, la MINI, à la plus longue, l’EXTRA.
80 000 femmes ont déjà été conquises, pourquoi pas vous ?

 

2. Les protections hygiéniques lavable, plus saines que le jetable ?

OUI ! Utiliser des protections hygiéniques jetables ne pose pas seulement un problème de pollution. C’est aussi prendre un risque pour son intimité, en raison de la composition synthétique et de la présence de résidus toxiques tels que : dioxines, formaldéhyde, glyphosate, phtalates…
Le tampon, en absorbant tout de l’intérieur, assèche le vagin et nuit à la flore qui protège des infections. S’il contient de la rayonne, il peut en outre entraîner des microlésions sur les parois vaginales.
Quant à la serviette jetable, elle favorise la macération, donc les mycoses. Souvent proposée avec des additifs tels que des parfums ou des colorants, elles peuvent entraîner des allergies ou des irritations.
Les plim ont une composition transparente. Le tissu en contact avec les muqueuses n’est que du coton bio certifié GOTS et la membrane imperméable est respirante et certifiée OEKOTEX, ce qui garantit l’absence de produits toxiques.

 

3. C’est cher, non ?

C’est un investissement rentable.
Si l’on souhaite s’équiper d’un coup, dès le départ, le coût peut paraître élevé. Mais les plim sont économiques à moyen terme !
Selon son flux et ses habitudes de vie (fréquence des lavages, lavage à la main…), il faut compter entre 5 et 15 plim pour un cycle complet.
Etant donné qu’une plim a une durée de vie de 5 à 10 ans, chaque cycle ne revient qu’à 1€. Vous réaliserez donc 50% d’économies grâce au lavable !
Si vous envisagez les plim pour les fuites urinaires, ou l’incontinence, l’économie est d’autant plus significative (60 à 80%), puisque l’utilisation est quotidienne.

4. Et pour les odeurs ?

Des odeurs, quelles odeurs ? Contrairement aux idées reçues, le sang menstruel ne sent pas mauvais. C’est la macération de ce liquide dans le plastique qui crée un terrain idéal pour le développement des mauvaises odeurs.
La plim est composée d’un noyau spécifique ultra-absorbant, fin et drainant, et d’une membrane imperméable et respirante, qui laisse circuler l’air en retenant le flux. On évite ainsi tout risque de macération. Donc pas de macération, pas d’odeur !
Pour le lavage, c’est simple : elles se lavent facilement en machine à 40° pour les menstruations et 60° pour les fuites urinaires, avec le reste du linge. Et avec les plim, on est surtout débarrassée des vraies odeurs néfastes, à savoir les parfums artificiels des serviettes hygiéniques jetables !

 

5. Autour de moi, certaines personnes trouvent ça dégoûtant, et même un retour en arrière !

Le dégoût est une affaire personnelle. Il faut déjà les questionner sur ce qui les dégoûte exactement : est-ce le sang, les règles, l’intimité féminine ? Généralement, le dégoût vient de croyances profondes, intégrées tout au long de la vie et pendant l’enfance. Mais le sang menstruel n’est pas sale. On le considère comme un déchet mais dans certaines cultures, il retourne à la terre pour nourrir le sol et participer au cycle de la vie. En revanche, la macération générée par les serviettes jetables est, elle, dégoûtante et inconfortable.
Quant à ce fameux retour en arrière… Il n’en est rien ! Les plim reprennent effectivement l’ancien principe du tissu, mais avec le progrès et la vie moderne, ça n’a plus rien à voir avec ce qu’ont connu nos grands-mères ! Nous souhaitons rendre la vie des femmes meilleure, pas leur ajouter des contraintes.
Les plim sont techniques et modernes, confectionnées avec des matières confortables pour un rendu fin et discret ! Les tissus sont fait pour se laver facilement.
On les oublie, l’absorption est efficace et il suffit de les jeter dans la machine au lieu de les jeter à la poubelle !

 

6. Mais ça se tâche, non ?

Oui et non. Les plim sont fabriquées pour se laver facilement et laisser sortir le sang aussi simplement qu’il y est entré si elles sont lavées à l’eau tiède. Mais tous les sangs ne sont pas semblables. Certains sangs, plus acides, vont avoir tendance à se fixer sur le tissu. Si vous pensez être dans ce cas, consultez notre guide sur l’acidité du sang pour en savoir plus.
Autrement, si vous respectez nos consignes de lavage et conseils d’entretien, vos plim ressortiront impeccables !
Par ailleurs, si vous craignez de voir une auréole sur vos serviettes, tournez-vous plutôt vers des motifs foncés que clairs. Quoi qu’il en soit, sachez que si une de vos plim était tâchée, ça n’altère en rien ses capacités et ce n’est pas sale.

 

7. Jamais je ne pourrais renoncer à la discrétion du tampon !

Oui, le tampon est discret. Mais avouons-le, on a toutes eu cette peur de la ficelle qui dépasse à la piscine… Et il faut savoir qu’un tampon, porté dans l’eau, va absorber par capillarité le liquide dans lequel vous vous baignez. Ainsi, chlore et potentielles urines s’imprègnent dans les fibres du tampon jusque dans le vagin.
Pour les inconditionnelles du tampons et qui souhaitent du durable, la cup est faite pour vous ! Plus discrète et plus saine, la coupe menstruelle est l’alternative idéale – et sans ficelle !
C’est une petite coupe souple qui recueille le sang au lieu de l’absorber. Une protection réutilisable à volonté qu’il suffit de vider régulièrement dans les toilettes au cours de la journée. Toutes ne se valent pas, c’est pourquoi PliM a choisi la cup Lunacopine en silicone médical qui dure 10 ans.
Avec la cup, au revoir le tampon qui absorbe la flore vaginale et contient des substances nocives pour la santé, bye bye les poubelles qui débordent et bonjour la liberté à la piscine !

 

8. J’ai des fuites urinaires, les protections lavables ne sont pas suffisantes pour moi.

Mais si ! Il faut simplement la protection adaptée. Les protèges-slip et les serviettes absorbantes PliM sont conçues pour les règles, les pertes blanches mais aussi pour les fuites urinaires légères.
Mais si vous souffrez d’incontinence plus sévère, nous avons également pensé à vous avec une gamme spéciale ultra-absorbante. Des solutions saines, confortables et efficaces pour les femmes, ainsi que pour les hommes.

 

9. Comment puis-je transporter des protections utilisées ?

La plim se transforme en pochette !

La plim se transforme en pochette !

Super simple. Une fois utilisée, la plim se plie sur elle-même et se transforme en pochette. La partie imperméable est à l’extérieur, pas de risque de fuite, et le tissu est respirant donc pas de macération ni odeur !
Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’idée d’avoir vos protections directement dans votre sac, n’utilisez surtout pas de sachet plastique. L’air ne circulerait plus et c’est à ce moment que le liquide macère, engendrant les mauvaises odeurs. Utilisez plutôt les pochettes carrées de transport PliM, jolies et compactes pour ranger vos plim (usagées ou non) partout où vous le souhaitez !

 

 

 

10. Et les culottes menstruelles, ça sert à quoi du coup ?

Les culottes menstruelles sont des protections hygiéniques lavables. Leur fonction est donc la même, à savoir : retenir sainement et efficacement le flux. La différence se trouve dans les usages.
Nous souhaitons que chaque femme puisse vivre ses règles le plus sereinement possible, donc leur offrir le plus de solutions pour s’adapter à leurs habitudes et modes de vie.
La culotte s’inscrit dans cette démarche. Elle est une solution supplémentaire aux multiples avantages.
Ultra discrète, il suffit de l’enfiler et on ne pense plus à rien, même pas besoin de penser à mettre une protection !
Les culottées by PliM sont très confortables, car entièrement en coton bio (excepté la membrane imperméable et respirante). Elles peuvent être utilisées tout au long du cycle, ou on peut simplement en avoir une ou deux pour des moments précis, comme pour la nuit, le sport ou même une visite médicale.

 

Vous hésitez entre plusieurs options ? Visitez la boutique pour connaître toutes les protections hygiéniques lavables PliM et faire le bon choix.

Découvrez les protections PliM

 

Marine PliM