9 décembre 2021

Le sang menstruel... c'est quoi ?

Temps de lecture : 9 min

 

Les règles sont un événement incontournable dans la vie d’un grand nombre de femmes. Avec, dans la majorité des cas, quelques signes distinctifs dont l’écoulement d’un flux sanguin plus ou moins liquide et plus ou moins important au niveau de l’appareil génital, ce rendez-vous régulier avec notre corps apporte avec lui une multitude de questions ! Et parmi elles, celle qui nous vient à l’esprit le plus souvent : mais ce sang alors... qu’est-ce que c’est exactement ?

Loin d'être sale, malgré une idée reçue tenace, ce que l’on appelle le sang menstruel n’est pas, en réalité, composé uniquement de sang. Son apparition signale simplement le moment où le corps élimine naturellement ce dont il n’a plus besoin... avant d’entamer un nouveau cycle d’ovulation. Et cela le plus naturellement du monde.

 

 

D'où viennent les règles ?

 

Les règles apparaissent généralement vers l’âge de 13 ans (1), disparaissent autour de 51 ans (2) et vont donc occuper en moyenne 38 années de la vie d’une femme. Leur arrivée marque le début du cycle menstruel.

Celui-ci dure généralement entre 21 et 35 jours et se décompose en 2 grandes phases (3) : la phase folliculaire (du premier jour du cycle jusqu’à l’ovulation) et la phase lutéale (après l’ovulation). Au sein d’un même cycle, on distingue 4 étapes : les règles, la pré-ovulation, l'ovulation puis la période prémenstruelle (fig. 1).

 

Le cycle menstruel, ses 2 phases et ses 4 étapes

fig 1 - Le cycle menstruel

 

Durant la première étape du cycle, dont la durée est en moyenne de 2 à 8 jours, le corps va évacuer l’endomètre, c'est-à-dire la muqueuse utérine qui s’est formée sur les parois de l’utérus lors du cycle précédent.

Démarre alors la phase de pré-ovulation pendant laquelle une nouvelle muqueuse va commencer à se former et dont l’épaisseur initiale de 0,5 mm pourra atteindre jusqu’à 5 mm en fin de cycle.

Au moment de l’ovulation, c’est à dire une fois l’ovocyte libéré, le follicule ovarien qui l’abritait commence alors sa transformation en une glande appelée communément corps jaune (4). Par la production de progestérone et d’oestrogènes, le rôle de ce dernier est de stimuler l’endomètre, de le préparer à accueillir confortablement le futur embryon et, dans les mois suivants, de maintenir une éventuelle grossesse.

Dans le cas où aucune fécondation n’aurait eu lieu, le corps jaune cesse alors naturellement de fonctionner, la production d’hormones n’est plus assurée et il dégénère en quelques jours. Parfois accompagnée de troubles (irritabilité, céphalées, agitation, fatigue intense…), cette étape annonce la fin de la phase lutéale. La muqueuse utérine commence à se détacher à son tour et à se désagréger en une succession de petites hémorragies. C’est le retour des règles !

 

 

Que retrouve t-on dans le sang menstruel ?

 

Du sang bien entendu, mais pas seulement ! Le flux sanguin libéré par le vagin au moment des règles est en fait principalement composé des fragments nécrotiques de l’endomètre et de sécrétions vaginales.

Comme nous venons de le voir précédemment, à partir du moment où la muqueuse utérine n’est plus stimulée par les hormones sécrétées par le corps jaune (désormais en phase de dégénérescence), la couche superficielle de celle-ci va se nécroser et se détacher, la muqueuse retrouvant ainsi peu à peu son épaisseur initiale d’environ 0,5 mm.

Les sécrétions vaginales sont quant à elles un terme médical “générique” pour évoquer les différents fluides évacués par le vagin. Elles contiennent principalement des cellules du vagin et de l’utérus, du mucus, des bactéries de la flore vaginale et… de l’eau.

Parmi elles, la glaire cervicale (5) joue un rôle particulièrement important au sein de l’appareil reproducteur féminin (fig. 2).

 

L'appareil reproducteur féminin

fig 2 - L’appareil reproducteur féminin

 

Située au niveau du col de l’utérus, elle change constamment de consistance et de pH tout au long du cycle menstruel. Humide et glissante au moment de l’ovulation, elle favorise le passage des spermatozoïdes dans l’utérus et son pH alcalin les protège de celui du vagin, nettement plus acide.

Une fois la fenêtre de fécondation passée, la glaire cervicale devient alors plus épaisse, voire fibreuse, rendant ainsi le passage des spermatozoïdes beaucoup plus compliqué. Son pH, devenu plus acide, participe alors à une mort plus rapide de ces derniers.

Il est important de savoir que le sang menstruel est réellement différent du sang ordinaire. Sa composition est différente, nous venons de le voir…. ses propriétés physiques le sont aussi.

Plus liquide en début de cycle, le sang menstruel va avoir tendance à s’épaissir autour de la phase d’ovulation et si son pH est assez semblable à celui du sang ordinaire, celui-ci contient plus d’eau et moins d’hémoglobine, moins de fer, moins de protéines ou de cholestérol, par exemple. En fin de cycle, celui-ci redevient à nouveau nettement plus fluide.

Autre élément important, celui-ci ne coagule pas, ni à l’intérieur de l’organisme, ni à l’extérieur ! Ceci est dû au fait que le taux de plaquettes y est inférieur à celui du sang ordinaire et surtout, qu’il ne contient ni prothrombine, ni thrombine, ni fibrinogène, trois éléments absolument indispensables à la coagulation (6).

De manière générale, il est utile de retenir que la composition du sang menstruel varie bien entendu en fonction de chaque femme, de l’âge et de chacune des étapes du cycle menstruel. La vérité de l’une n’est donc pas obligatoirement celle de l’autre...

 

 

Quelle quantité de sang perd-on pendant les règles ?

 

Là encore, cela dépend complètement de chacune mais, de manière générale, on parle de règles “normales” quand la quantité de sang perdue pendant un cycle est de l’ordre de 35 à 40 ml sur une période de 3 à 6 jours (7).

Au-delà de 7 jours et dès lors que cette quantité atteint ou dépasse 80 ml, on parle alors de règles abondantes.

S’il est aussi tout à fait normal de ne perdre que quelques millilitres de sang par cycle, parfois seulement 5 ml, sans que ce soit particulièrement alarmant, il faut savoir que la quantité de sang perdue est généralement assez irrégulière. Parfois plus abondant au début des règles, parfois homogène pendant plusieurs jours, notre flux dépend en effet complètement du nombre de jours de notre cycle (de 21 à 35 jours, rappelons-le), mais aussi de la durée des règles qui, chez certaines femmes, pourra être significativement plus longue que la moyenne.

C’est donc pour faire face à ces disparités et parce que nous sommes toutes différentes que PliM propose une gamme complète de protège-slips, de serviettes hygiéniques lavables et de culottes menstruelles parfaitement adaptée à toutes les situations et à toutes les morphologies.

 

 

Couleur, odeur, consistance… des indicateurs importants (8) ?

 

Sauf peut-être lorsque l’on utilise un contraceptif hormonal, dont l’une des conséquences va être une régulation artificielle du cycle menstruel, on note presque toujours une évolution de l’aspect général du sang menstruel pendant les règles, ce qui est tout à fait normal.

Dans certaines situations, mais sans que cela soit systématiquement inquiétant, c’est aussi le signal d’un changement important à l’intérieur de notre corps ou de quelque chose qui ne fonctionne pas tout à fait normalement. Rester attentive à ces petits messages permet, dans tous les cas, de mieux se connaître et parfois, d’éviter de bien mauvaises surprises.

 

Rose, rouge vif, rouge sombre, marron ou noir

En tout début de règles, mélangé à d’autres sécrétions ou encore parce qu’un contraceptif hormonal est utilisé, le sang menstruel peut avoir une teinte un peu rose. Tout va bien et il n’y a aucune raison de s’inquiéter.

Autre situation… lorsque le flux est cette fois régulier et abondant. Dans ce cas, évacué assez rapidement, le sang n’a pas le temps de s’oxyder au contact de l’air et conserve une couleur rouge vif. C’est aussi le signe que tout fonctionne normalement !

Une teinte plus sombre, marron ou presque noire n’est pas non plus particulièrement inquiétante. Cela indique juste que le sang est resté un peu plus longtemps à l’intérieur du corps et qu’il a simplement commencé à s’oxyder. C’est ce qui arrive par exemple en cas de règles peu abondantes, en tout début ou en fin de règles puisque c’est généralement là que celui-ci est évacué moins rapidement.

Attention… un sang rosé ou nettement plus sombre peut aussi être le signe annonciateur d’un début de grossesse !

Par ailleurs, alors que l’apparition occasionnelle de petits caillots reste tout à fait normale puisque, rappelons-le, l’endomètre a commencé à se détacher et à se désagréger, une couleur inhabituelle ou la présence de certains symptômes doit en revanche nous alerter.

De la fièvre, des démangeaisons, des douleurs au moment d’uriner ou l’apparition d’une odeur désagréable font partie des signaux qui doivent nous inciter à consulter notre gynécologue. Un sang nettement plus visqueux qu’en temps normal, voire fibreux, n’est pas lui non plus à prendre à la légère. De manière générale, un changement de consistance important ainsi que des saignements inattendus ou irréguliers doivent absolument nous pousser à consulter un(e) professionnel(le) de santé.

 

Orange ou gris

Pour finir, parmi ces indicateurs, un sang de couleur orange ou grise est presque toujours le signe que quelque chose ne tourne pas rond… une situation souvent liée à une infection bactérienne.

Attention… lors d’une grossesse, si de petits saignements inhabituels doivent par précaution nous diriger vers un spécialiste, des pertes grisâtres accompagnées de petits caillots sont malheureusement très souvent le signe d’une fausse couche.

En matière de santé, une seule règle d’or… en cas de doute, ne jamais hésiter à demander son avis à un professionnel !

Et si vous souhaitez en savoir plus sur les règles et le sang menstruel, n’hésitez pas à consulter le guide complet que nous avons rédigé à ce sujet !

 

 

Sources :

(1) L’âge des premières règles dépend du lieu de naissance (INSERM)

(2) Ménopause, améliorer la sécurité des traitements hormonaux (INSERM)

(3) Le cycle menstruel (CNGOF)

(4) Le corps jaune, qu’est-ce que c’est ? (PASSEPORT SANTÉ)

(5) Qu’est-ce que la glaire cervicale ? (CYCLOTEST)

(6) Coagulation, qu’est-ce que c’est ? (PASSEPORT SANTÉ)

(7) Ai-je des règles abondantes ? (RÈGLES ABONDANTES)

(8) Que signifie la couleur du sang des règles ? (SANTÉ MAGAZINE)

Ces articles pourraient aussi vous intéresser...