Entretien avec Marine, sportive et fan des protections durables !

Posté le : juin 13, 2017

Catégories : Confidences Plimettes , Cycle Menstruel , Lifestyle

Marine, 31 ans, nous raconte son expérience avec les protections durables en se prêtant au jeu de l’interview. Bienveillante et pleine d’humour, cette nantaise d’adoption nous parle sans tabou de sa coupe menstruelle, de ses débuts, de son amour pour PliM.

 

Ce que vous adorez ?

Le sport et la méditation.

 

Ce que vous détestez ?

L’intolérance. D’ailleurs, pour ne rien vous cacher, je me suis mise dans une bulle pendant toutes les élections pour ne pas me sentir polluée…

 

Vous êtes plutôt cup ou SHL ?

Complètement cup depuis 2010 ! Mais j’utilise depuis quelques années aussi des serviettes hygiéniques lavables plim en complément.

 

Je n’ai jamais été convaincues par les protections jetables…

Comment êtes-vous passée à la coupe menstruelle ?

Comme tout le monde, j’utilisais des tampons et des serviettes jetables. Mais je n’ai jamais été convaincue. Déjà, je crois que j’ai été traumatisée par les emballages dès le départ ! Entre le bruit que ça fait et les couleurs criardes du plastique, difficile d’être discrète quand on veut changer sa protection au collège !

En plus, j’étais sujette aux mycoses. C’était devenu un problème récurent et je devais y faire face tous les mois.

Un jour, lors d’une discussion salutaire entre filles, une amie m’a parlé des protections durables et précisément de la cup. Je me suis lancée et devinez quoi ? Je n’ai plus eu de mycoses !

 

Et vos débuts avec la cup ?

Pas évidents ! Il y a même eu des moments où je me suis dit : “c’est bon, ça suffit, je repasse aux jetables !”. En fait c’est impressionnant au départ et surtout ça demande de modifier ses habitudes. C’est peut-être ce qui est le plus  perturbant. Mais mes soucis de santé m’ont poussée à persévérer et ça fait 7 ans que je suis fan !

En plus, je suis très sportive et pratique le surf, c’est très pratique pour moi. Et quand mes copines me demandent comment je fais pour être tout le temps tranquille, je crâne avec ma cup ! Bien contente de ne pas avoir à me changer “discretos” derrière les dunes !

 

Vous vous souvenez de vos première règles ?

Petit gabarit, je les ai eues à la fin du collège. Je n’avais pas spécialement hâte qu’elles arrivent, car je savais que ça pouvait être gênant pour le sport.

C’était comme une épée de Damoclès au dessus de ma tête, mes copines m’ayant prévenue : “ça peut arriver n’importe quand !”. Donc j’espérais que ça ne tombe pas pendant une compétition ! Résultat, je me souviens juste de ma déception quand je ne pouvais pas me baigner dans la piscine de mes parents…

 

PliM et vous, ça fait combien de temps que ça dure ?

Je connais la marque depuis environ 4 ans. Il me semble être tombée sur vous par hasard, mais un hasard heureux ! Je cherchais une solution saine pour les moments où je n’avais pas envie de porter ma cup, la nuit par exemple. Je me suis aussi rendue compte que j’aimais porter les plim en début de cycle, lorsque les douleurs sont les plus présentes. C’est pour moi plus confortable et réconfortant.

 

Votre dernier achat chez PliM ?

J’ai investi dans une MEDIUM pour compléter ma collection. J’adore les tissus, c’est un bonheur ! 

Je fais prochainement un stage de voile donc l’urinoir Gogirl m’a fait de l’œil ! Ce n’est pas un sujet glamour et je pense en rire avec les autres sur place, mais je serai bien heureuse de l’avoir pour faire pipi partout, quand je le souhaiterai !

Et j’ai aussi pris les lingettes en coton lavables pour me démaquiller dans ma démarche de réduction des déchets.

 

Vous pourriez revenir aux jetables ?

Il m’en reste dans les placards. En faisant du tri l’année dernière, j’avais jeté les anciennes, mais j’ai un cycle naturel, sans pilule, donc parfois ça tombe quand je ne m’y attends pas. Pour me dépanner lors d’un déplacement professionnel, j’ai dû succomber !

Et une chose est sûre, je n’ai plus du tout envie de revenir en arrière. Pour moi, les protections durables sont liées à la notion de plaisir. Je n’ai jamais eu aucun plaisir en achetant des jetables en supermarché, que j’assimile à du papier toilette : pas d’excitation particulière ! Alors que pour les serviettes lavables, je suis heureuse d’acheter les motifs, c’est sympa, je suis contente de les garder et de les retrouver tous les mois. 

Et un autre point non négligeable : les grosses économies effectuées ! Tant au niveau financier qu’écologique. Et je ne parle pas des soins de santé que je n’ai plus à payer non plus !

Le jour où j’ai des enfants, je prendrai des couches lavables. Puisque j’ai réussi à le faire pour moi, je peux le faire pour mes enfants. Je souhaite préserver ma santé et l’environnement en produisant moins de déchets.

 

Youpi, il existe des gens qui pensent comme moi !

Qu’est ce que PliM vous a apporté ?

Je me suis dit “Youpi, il existe des gens qui pensent comme moi !”. C’est enthousiasmant de savoir que les convictions qu’on a peuvent être partagées par des personnes ou des entreprises qui vont pouvoir produire ce dont on a besoin. Je n’aurais pas monté une manufacture dans mon salon ! Rien que pour cela, merci PliM !

 

Le mot de la fin ? Des choses que vous aimeriez ajouter ?

Je regrette que les croyances erronées sur les règles aient la vie dure. En tant qu’énergéticienne, je sais qu’un cycle est une richesse et qu’on est une femme différente 4 fois dans le mois.

J’aimerais aussi que ça devienne un sujet de discussion auprès des hommes. A la maison, ma cup posée sur le rebord de la baignoire a déclenché des discussions et c’était bien ! A quand un homme qui nous offre un bouquet de plim ???

 

Toutes les confidences de plimettes sont à retrouver sur le blog !

Vous souhaitez témoigner à votre tour ? Ecrivez à Marine à l’adresse communication@plim.fr !

Laissez un commentaire

Sign in