Simone Veil, quelle Femme !

Posté le : juil. 11, 2017

Catégories : Actu

Vendredi 30 juin 2017, à près de 90 ans, une grande dame s’est éteinte. Simone Veil était et restera une icône, figure historique du XXIe siècle. Elle a connu une vie riche, jalonnée de drames qui n’entacheront jamais sa force et son courage. 

visage-simone-veil

Brillante, élégante, combattante et féminine, elle a tant apporté à notre pays et à la cause des femmes, que, chez PliM, nous tenions à lui rendre hommage

Voici 6 vidéos sélectionnées par nos soins pour mieux connaître Simone Veil, retracer son parcours, ses nombreux combats et surtout ne rien oublier.

Que Simone Veil soit un modèle de force et de courage pour les jeunes générations !

 

 

L’enfer de la Shoah

 

A Auschwitz avec Jaques Chirac, lors du 60e anniversaire de la libération des camps.

A Auschwitz avec Jaques Chirac, lors du 60e anniversaire de la libération des camps.

Le récit de sa vie est rapidement marqué par l’horreur de la guerre, lorsque sa famille entière est déportée en avril 1944 dans les camps de concentration, à Auschwitz-Birkenau. La benjamine de cette famille de 4 enfants a alors 16 ans et va être détenue et forcée à travailler durant une année. Des mois durant lesquels elle sera témoin de la souffrance épouvantableendurée dans des conditions inhumaines. Elle et sa sœur Madeleine seront sauvées le 15 avril 1945 au moment de la libération par les alliés. Elle retrouvera son autre grande sœur Denise, mais ne reverra jamais ni son père, ni son frère déportés en Lituanie et dont elle n’a jamais rien su. Quant à sa mère, déportée avec elle, elle fut emportée par le typhus en mars 1945, 1 mois à peine avant la libération.

Cet épisode a tué, chez elle, toute illusion sur le genre humain. Ces atrocités sont devenus des atouts, lui permettant par la suite de se battre avec une grande vigueur et de laisser les insultes glisser sur elle.

De ce morceau d’Histoire, elle gardera un souvenir indélébile -dans sa mémoire comme sur la peau où elle n’a jamais voulu effacer le tatouage de son matricule sur le bras, les chiffres 78651- ainsi qu’une furieuse volonté d’en parler et de faire savoir ce qui s’était passé dans les camps. Mais c’est aussi ce qui forgera en partie sa force, sa détermination et la conviction qu’une entente durable entre les pays d’Europe est indispensable.

 

 

allowfullscreen>

Ayant passé (et réussi) son bac la veille de son arrestation, elle put commencer ses études de droittrès rapidement après la fin de la guerre et ainsi entamer sa reconstruction.

 

Des prisons à la Santé, seule contre tous

 

En 1956, elle devient haut fonctionnaire dans l’administration pénitentiaire au ministère de la justice. Son passé fait d’elle la mieux placée pour savoir quelles sont les conditions nécessaires au bien-être et à la dignité des prisonniers, hommes, et surtout femmes.

Elle mène d’ailleurs un premier combat pour les femmes, en faisant transférer des prisonnières algériennes pendant la guerre d’Algérie, estimant qu’elles étaient soumises au mauvais traitements des hommes sur place.

Son discours historique sur l'avortement

Son discours historique sur l’avortement

C’est lorsqu’elle devient ministre de la santé, en 1974, dans le gouvernement Chirac, qu’elle s’impose comme icone féministe avec son discours poignant sur l’avortement devant une assemblée quasiment exclusivement composée d’hommes.

Il faut se souvenir du contexte de l’époque où le sujet, considéré comme tabou, était complètement passé sous silence alors que des centaines de femmes passaient à l’acte sans accompagnement ni médical, ni psychologique. Simone Veil a dû batailler pendant 3 longs jours, subissant les attaques toujours plus odieuses et violentes en sa direction.

Mais rien n’a réussi à la faire plier. Elle a eu l’intelligence et la vision pour expliquer, avec de simples mots bien choisis et en sa qualité de femme, toute l’absurdité et l’hypocrisie de la situation de l’époque.

La loi Veil sur la dépénalisation de l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) fût mise en vigueur en janvier 1975. L’objectif premier de cette loi était de protéger les femmes, notamment les plus démunies, ayant recours aux services des faiseuses d’anges, qui laissaient très souvent des séquelles physiques et psychologiques, ou même la mort. Sans elle, qui sait, nous vivrions peut-être dans un pays où une femme se faisant avorter risquerait encore une peine de prison.

Beaucoup de pays n’autorisent pas l’avortement. Pour les femmes qui y vivent, il existe des solutions.

Une Femme en politique

 

Simone et son mari Antoine Veil, à la maison

Simone et son mari Antoine Veil

Femme forte, symbole de réussite et de reconstruction, elle est aimée par le public. Elle deviendra d’ailleurs 3e personnalité préférée des Français en 2016.

Aux yeux du monde, elle est cette élégante dame aux yeux bleus profonds et au chignon parfait.

C’est sur le plateau de Christophe Dechavanne qu’elle accepte bien volontiers d’ôter ses épingles à cheveux pour libérer sa longue chevelure brune. Une vidéo qui donne à voir Simone Veil en tant que femme, nous laissant admirer sa douceur et sa simplicité plutôt que son intransigeance politique.

 

En juin 2007, juste avant de quitter le Conseil constitutionnel, elle plaide pour davantage de femmes dans la vie politique.

 

Simone Veil, Immortelle

 

Simone Veil, grand'croix de la Légion d'honneur

Simone Veil, grand’croix de la Légion d’honneur

En 2008, Simone Veil présente sa candidature à l’Académie française et y est élue au premier tour de scrutin. Lors de son arrivée, elle prononça un discours émouvant, évoquant ses parents disparus dans les camps de concentration.

Elle reçoit en 2012 les insignes de Grand-Croix de la Légion d’Honneur, le plus haut grade possible.

Petit à petit, elle se retire de la vie politique et en 2013, après avoir perdu son mari et sa sœur, se retire totalement de la vie publique.

 

Une grande dame s’éteint

 

Simone Veil décède à son domicile, place Vauban à Paris, 2 semaines avant son quatre vingt dixième anniversaire.

Une cérémonie d’hommage national est organisée le 5 juillet, où ses deux fils lui ont dédié un discours, plein de sincérité et d’émotions. 

 

 

Ses petites-filles, Déborah et Valentine la décrivent respectueusement comme une femme bienveillante, libre, intransigeante, et déterminée, courageuse et pudique.

Féministe, avant-gardiste et indépendante, Simone Veil était une profonde optimiste, et ce, malgré les drames qu’elle a vécus tout au long de sa vie. Et quelle vie ! (“Une vie” c’est d’ailleurs le titre de sa biographie) Une existence où elle n’a cessé de se battre pour défendre ses idées, ses convictions.

Simone Veil, une vie !

Le regard profond et le sourire bienveillant de Simone Veil

Elle a occupé au sein de l’administration comme en politique des postes jusque-là inaccessibles aux femmes :

  • Première femme secrétaire du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM),
  • Première femme à siéger au conseil d’administration de l’ORTF (1972),
  • Première femme présidente du premier Parlement européen élu au suffrage universel (1979),
  • Première femme ministre d’État (1993).
  • Membre du Conseil constitutionnel de 1998 à 2007
  • Sixième femme à être élue à l’Académie française en 2008 et à entrer sous la Coupole en mars 2010, occupant à la suite de Paul Claudel, Pierre Loti et Pierre Messmer le fauteuil numéro 13, qui fut aussi celui de Jean Racine.

Elle est aussi la 5e femme (contre 71 hommes) à entrer au Panthéon, où elle sera inhumée avec son mari, Antoine Veil.

Au revoir madame, et merci.

 

Retrouvez l’intégralité de la cérémonie d’hommage national en suivant ce lien.

et notre guide sur la contraception

Article Blog PliM – MF – 11/07/2017

Laissez un commentaire

Sign in