Quelle contraception sans hormones choisir ?

Posté le : sept. 26, 2018

Catégories : Sexualite , Cycle Menstruel , Maternite

Quand on parle de contraception, on pense souvent "pilule".
Révolutionnaire en son temps, elle s'est imposée à une majorité de femmes pendant des décennies, sans remise en question,
leur permettant de gérer librement leur sexualité et leur grossesse potentielle.Toutefois, ce règne s'estompe petit à petit après plusieurs scandales sanitaires ces dernières années.
Toujours plus soucieuses de leur santé et en quête d'une vie saine, les femmes souhaitent se tourner vers d'autres options, idéalement une contraception sans hormones,
plus naturelle et sans risque pour la santé. En attendant plus de solutions de contraception masculine. ;)

Une contraception avec ou sans hormones, c'est quoi ?


Pourquoi se tourner vers une contraception sans hormones ?


Quelle contraception sans hormones choisir ?




Une contraception avec ou sans hormones, c'est quoi ?

Pour commencer, il existe 2 grandes catégories de contraceptifs : hormonaux et sans hormones.

Les contraceptifs hormonaux

Ils vont agir à 3 niveaux grâce aux hormones de synthèse distillées dans l'organisme, qui envoient de "fausses" informations au cerveau :

  1. Ovulation stoppée. Le cerveau comprend que les hormones (de synthèse) sont déjà là, il ne donne donc pas l'ordre aux ovaires de créer un ovule.
  2. Endomètre moins épais. La progestérone ne va pas venir épaissir la paroi, de ce fait, l'utérus sera moins propice au développement d'un fœtus.
  3. Épaississement du mucus dans le col de l'utérus pour empêcher le passage des spermatozoïdes.

La contraception sans hormones

Les différents moyens de contraception

Sans effet "chimique" (excepté dans l'utilisation locale de spermicides), la contraception sans hormones agit pour
éviter la rencontre entre l'ovule et le spermatozoïde avec un effet "mécanique" qui barre le passage de manière concrète.

Deux grandes catégories de contraceptifs




Pourquoi se tourner vers une contraception sans hormones ?

Nous ne souhaitons pas diaboliser les contraceptifs hormonaux, qui conviennent à bon nombre de femmes, mais simplement donner les alternatives les plus naturelles pour celles qui souhaitent faire le choix d'un cycle naturel avec le moins d'impact nocif sur la santé.

Le cycle artificiel des contraceptifs hormonaux

Le cycle est dit artificiel, car si des saignements apparaissent tous les 28 jours sous pilule, ce ne sont pas des règles à proprement parler, mais des "saignements de privation". C'est-à-dire que la chute brutale d'hormones (diffusées quotidiennement dans l’organisme) va engendrer le détachement de l'endomètre. Ce ne sont pas des règles, car il n'y a pas de cycle, pas d'ovulation. Le cycle est en fait paralysé sous l'effet de la contraception hormonale.

La pilule contraceptive ne doit pas être automatique, et la balance risques-bénéfices doit être actionner pour chaque patiente

La pilule contraceptive ne doit pas être automatique, et la balance risques-bénéfices doit être actionnée pour chaque patiente.Ce type de contraception a des avantages (grande efficacité, possibilité de diminution des crampes, du SPM*, ainsi que l'acné), mais peut occasionner des effets secondaires tels que : nausées, gonflements douloureux des seins, saignements, migraines. D'autres risques plus graves restent très rares comme des troubles sanguins pouvant générer phlébite, embolie pulmonaire et accident vasculaire cérébral.

*SPM : Syndrome prémenstruel

C'est également un système qui nous éloigne de notre propre cycle et de toute sa richesse.Par ailleurs, sa prise a un impact environnemental, au-delà des déchets générés par l'emballage. Les hormones de synthèse ingérées sont éliminées dans les urines, mais trop fines pour être filtrées par les stations d'épuration, elles contaminent l'eau et la faune marine. La reproduction des espèces est perturbée, féminisant les mâles. Ces hormones se retrouvent par ailleurs dans le poisson que nous mangeons et l'eau que nous buvons pouvant avoir des conséquences sur les reins, la vessie ou encore la prostate.

Les avantages d'une contraception sans hormones

  • Un cycle naturel : C'est une reconnexion à son corps, sa féminité. On ressent les phases, on peut exploiter chacune d'elles. Le cycle féminin est considéré comme une richesse pour ses humeurs, ses saisons, sa puissance, ses bonheurs et ses caprices.
  • Sans risque pour la santé : Un effet barrière ne peut pas nuire à la santé. Le seul incident serait de se blesser avec un ongle par exemple au moment de la pose du dispositif, quel qu'il soit. Soyez donc toujours délicate et douce au moment de la mise en place de votre moyen contraceptif.
  • Cumulables : Vous pouvez opter pour une méthode d'observation du cycle, mais choisir d'utiliser des contraceptifs "barrière" de temps à autre. Ce qui laisse une grande flexibilité...
  • ... et plus de liberté : À vous de choisir ce qui vous convient le mieux en fin de compte.
  • Partage : C'est l'occasion de faire participer votre partenaire que ce soit pour les dépenses ou la mise en place du dispositif.

Quelle contraception sans hormones choisir ?

Contraception sans hormones, le stérilet au cuivre

Il existe une dizaine de moyens de contraception sans hormones. Il faut bien noter qu'il n'y a pas une contraception idéale, et que chacune fera le choix qui lui convient le mieux.

Un stérilet en cuivre détruit les spermatozoïdes localement

Le DIU (stérilet) en cuivre :

Très efficace, il nécessite une installation par un gynécologue. Discret et pratique, une fois posé, il suffit de le surveiller tous les ans. Il peut toutefois être irritant et augmenter considérablement les saignements des règles.Si on utilise une protection intime invasive (tampon ou cup), il est préférable de demander au gynécologue de couper le fil du DIU le plus court possible. Le tampon arrivant près du col de l'utérus, il peut toucher ce fil. Ce n'est pas le cas avec la coupe menstruelle, qui se maintient plus bas dans le vagin, toutefois, il est nécessaire de bien pincer la base au moment du retrait de celle-ci pour éviter tout effet ventouse.NB : on le sait trop peu, mais il peut servir de contraception d'urgence après un rapport non protégé s'il est posé dans les 5 jours suivants ce rapport à risque et permet d'être ensuite protégée durablement.




Le diaphragme :

Le gel contraceptif naturel et le diaphragme Caya

Protection locale en silicone, il se pose contre le col de l'utérus, au fond du vagin, juste avant le rapport ou 2 heures avant et s'enlève minimum 6 heures après, mais être gardée 12 heures, si les conditions ne permettent pas de l'enlever au bout des 6 heures.Il s'utilise obligatoirement avec un gel contraceptif, idéalement le Cayagel, qui agit de manière naturelle (voir ci-dessous). Sa pose peut être délicate au départ et en rebuter certaines. En revanche, il est réutilisable, donc peu coûteux, on ne le sent Évitez néanmoins de choisir ce moyen si vous souffrez d'infections urinaires à répétition ou que vous souffrez de prolapsus. Il est disponible en pharmacie sur ordonnance médicale après consultation avec une sage-femme ou gynécologue. Le gel spermicide Caya est utilisé localement en complément d'un diaphragme à taille unique en silicone




Spermicide et gel contraceptif :

Les spermicides ont un pouvoir chimique qui crée un environnement défavorable aux spermatozoïdes et avec une protection barrière locale, comme un diaphragme ou une cape cervicale (disponibles en pharmacie sur ordonnance médicale).Agissant de la même façon, mais de manière naturelle, le gel contraceptif Cayagel, allie acide lactique et cellulose pour une protection optimale en complément du diaphragme. Hydrosoluble et incolore, ce gel est sans risque pour la santé.Pour éviter toute gêne liée à un éventuel écoulement, optez pour le port d'un protège-slip PliM.




Cape cervicale :

Tout comme le diaphragme, la cape en silicone doit se placer au contact du col de l'utérus, au fond du vagin pour empêcher le passage des spermatozoïdes. Elle se procure en pharmacie et doit être utilisée avec un gel spermicide.




Préservatif masculin :

 préservatifs RFSU sont en latex naturel bio

Les préservatifs RFSU sont en latex naturel bio. Pour un plaisir non coupable ! Très connu et populaire pour son côté pratique, son coût et son efficacité, il protège d'éventuelles grossesses, mais aussi des MST. Il s'enfile sur le pénis juste avant le rapport et sa pose peut nécessiter un peu d'entraînement au début. Le principal inconvénient est qu'il peut se sentir durant le rapport et altérer les sensations. Pour une meilleure glisse et éviter tout déchirement, l'utilisation d'un lubrifiant à l'eau est recommandée. A l'inverse, les lubrifiants à l'huile sont proscrits avec les préservatifs en latex, puisqu'ils le rendent poreux et altèrent son efficacité.




Préservatif féminin :

Préservatif féminins Les préservatifs féminins permettent à la femme de contrôler sa contraception Moins connu que son cousin masculin, il a un coût plus élevé, mais a l'avantage de pouvoir de se poser avant un rapport, donc de ne pas interrompre les préliminaires par exemple. Très doux et sans odeur, il s'installe facilement. En polyuréthane, il peut s'utiliser avec un lubrifiant à base d'huile contrairement aux préservatifs masculins en latex.




Retrait :

L'homme se retire de la femme avant l'éjaculation. Pour cette méthode, il est nécessaire que la femme ait une grande confiance en l'homme, et que de son côté, il sente exactement le moment pour se retirer avant. Il faut savoir que des spermatozoïdes sont présents dans le liquide pré-séminal, ce qui peut faire baisser l'efficacité de cette méthode, qui par ailleurs peut être frustrante. Le retrait étant une contraception risquée, elle est plutôt adaptée pour les personnes pour qui une grossesse n'est pas rédhibitoire.




Observation du cycle :

L'observation du cycle est une technique qui demande de connaître parfaitement son corps et le déroulement d'un cycle, pratique passionnante mais qui demande du temps et de la pratique. Plusieurs critères peuvent entrer en compte, comme la température du corps, l'observation des glaires cervicales, le repérage des jours d'ovulation... L'avantage est qu'on est pleinement à l'écoute de son corps et que cette méthode est gratuite. Pour diminuer les risques d'erreurs, cette méthode peut être associée aux contraceptifs "barrière", listés plus haut. Sans cette association, il est nécessaire de pratiquer l'abstinence lors les jours fertiles de façon à éviter une grossesse. Sachant que les périodes d'ovulation peuvent varier, c'est une méthode qualifiée de peu fiable, réservée à celles et ceux pour qui une grossesse n'est pas rédhibitoire. Vous pouvez télécharger notre tableau de suivi de cycle, spécialement conçu par PliM, pour vous. Le tableau d'observation du cycle PliM vous aide à repérer les périodes clés d'un cycle




Stérilisation :

La stérilisation féminine peut se faire de plusieurs façons en obstruant les trompes.C'est une méthode à considérer comme définitive, car elle est très difficilement réversible. En ligaturant les trompes lors d'une hospitalisation, on crée une occlusion immédiate, efficace dès le lendemain de l'opération. Cette opération peut être douloureuse.L'occlusion par hystéroscopie, elle, se fait progressivement. Un micro implant inséré dans chacune d'elles va créer une fibrose et obstruer la trompe définitivement au bout de 3 mois.Quant à l'homme, la vasectomie consiste à sectionner les canaux déférents, qui conduisent les spermatozoïdes vers le pénis. Le tout se pratique sous anesthésie locale et est considéré comme irréversible, même si une seconde opération peut consister à reconnecter les canaux, sans garantie.Dans les 2 cas, homme ou femme, l'intervention ne change pas l'aspect extérieur des organes et n'affecte pas le plaisir, ni la libido.
Quel que soit votre choix, si votre méthode de contraception ne vous convient pas, parlez-en à votre sage-femme ou gynécologue.
Pour découvrir les contraceptifs sélectionnés par PliM, rendez-vous dans notre rubrique Contraception.

Laissez un commentaire

Sign in