Votre soutien-gorge vous veut-il du bien ?

Posté le : oct. 17, 2018

Catégories : Sante , Lifestyle

Octobre rose nous donne l’occasion de parler des seins et du soutien-gorge. Si cet accessoire fait partie du quotidien, nous pouvons nous poser des questions sur son utilité et ses bienfaits. On peut même s’interroger : “Est-ce un véritable choix de porter ce soutien-gorge, ma poitrine en a-t-elle réellement besoin ? Ou est-ce par habitude, par convenancepression sociale ou éducation ?

Par ailleurs, nous aimons appeler un chat, un chat, donc ne vous étonnez pas de trouver le mot “soutien-sein” au long de cet article.

Alors, le soutien-sein nous veut-il du bien après tout ?

 

Les origines du soutien-gorge
Soutien-gorge, maintien et esthétique
Santé et soutien-gorge
Soutien-gorge, confort et liberté

 

Les origines du soutien-gorge

Dessins du corselet-gorge de Cadolle

Le corselet-gorge d’Herminie Cadolle

 

Si comme nous, vous avez vu Titanic 800 fois, vous savez que le soutien-gorge d’aujourd’hui n’était pas la norme en 1912. Les femmes étaient contraintes de porter des corsets à lacets, qui comprimaient la taille et créaient une poitrine généreuse. C’est pourtant à cette époque, à la fin du 19e, début 20e, que le “corselet-gorge” fait son apparition. C’est à Herminie Cadolle, fondatrice de la maison de lingerie du même nom, que l’on doit la séparation du corset en 2 parties pour libérer la femme. Le mot se transformera rapidement en “soutien-gorge”, gorge désignant à l’époque, les seins.

  

Soutien-gorge, maintien et esthétique

Les seins sont situés au-dessus du muscle pectoral. La poitrine n’est donc pas un muscle. Elle est “tenue” uniquement par la peauet les ligaments de Cooper qui assurent son maintien.

Il n’en faut pas plus pour les soutenir !

D’ailleurs, plusieurs études et observations scientifiques ont apporté la même conclusion : le soutien-sein favorise la ptôse mammaire, c’est-à-dire la chute et le déroulement des seins dû à un affaissement de la glande et une distension trop forte de la peau.

La question légitime : comment ? C’est très simple. Le soutien-sein qui supporte vos seins toute la journée va remplacer le rôle des ligaments de Cooper et donc les affaiblir. N’étant plus sollicités, ils se relâchent !
Les seins n’ont plus de maintien efficace, ce qui entraîne un vieillissement prématuré des seins, et la poitrine s’affaisse.

Le saviez-vous ?
Dr Jean-Denis Rouillon (médecin sportif au CHU de Besançon), étudie depuis 15 ans l’évolution de la poitrine sur des femmes ne portant pas de soutien-gorge. L’objectif est de démontrer l’utilité (ou l’inutilité) du soutien-gorge. Les résultats sont là : il semblerait que le fait de laisser sa poitrine tranquille lui permette de se raffermir : les mamelons remontent), les vergetures s’estompent…

6 ans sans soutien gorge, ni pour la vie quotidienne, ni pour le sport. J’ai participé à l’étude qui a été faite sur le sein avec le Dr Rouillon. Le corps s’adapte très bien aux contraintes mais il faut lui proposer progressivement. J’ai mis 6 mois pour courir en compétition sans. Quel bonheur ! ”

 

Santé et soutien-gorge

Au-delà de l’esthétique de la poitrine, le soutien-sein n’est pas non plus un allié santé… Mais comment peut-il être nocif ?

Les problèmes de circulation

 

Couverture du livre

“Dressed to kill” – Le lien entre le cancer du sein et le soutien-gorge

Le docteur Rouillon pointe du doigt le fait que les tissus sont comprimés par le soutien-gorge, ainsi la circulationsanguine se fait moins bien. Un port quotidien altère la circulation de la lymphe (dont 80% circulent juste sous la peau) et du sang dans la poitrine. Le drainage lymphatique se fait moins bien et les toxines peuvent s’accumuler plus facilement dans les seins. La question se pose quant à l’apparition de kystesou tumeurs cancéreuses.

 

Les chercheuses Sydney Ross Singer et Soma Grismaijer, ont fait le lien dans le livre “Dressed to kill”. Dans  leur étude, plus de 5000 femmes ont été interrogées. Le constat est que porter un soutien-sein plus de 12h par jour pouvait augmenter le risque de cancer du sein.

Les substances toxiques dans les textiles

La composition d’un soutien-sein est aussi à prendre en compte. La majeure partie d’entre eux contient des textiles synthétiques (acrylique, nylon…) issus de la pétrochimie. A cause des procédés de fabrication, les matières textiles synthétique sont potentiellement dangereuses pour la santé. Elles sont parfois à l’origine d’allergiesirritations ou encore de perturbations endocriniennes.

La peau, perméable, absorbe les substances toxiques qui sont à son contact, notamment lors d’efforts physiques, quand on transpire…
Comme le souligne l’ASEF (Association Santé Environnement France) : “ Veillons donc à les choisir [les vêtements] les plus sains possibles, en favorisant des filières biologiques et éco-responsables lorsque c’est possible ; notre santé n’en sera que meilleure ! ”

Concernant les armatures en métal, qui peuvent contenir des métaux lourds ou un fil de métal qui, comme une antenne, capte les ondes électromagnétiques nocives, comme en témoigne le docteur Marcos Stanovich, gynécologue et obstétricien espagnol.

Les maux de dos

Enfin, porter un soutien-sein pourrait accentuer la mauvaise posture du dos. En effet, les femmes ont tendance à se pencher vers l’avant en portant un soutien-sein, comme en témoigne Sammy Margo, kinésithérapeute et porte-parole de l’Association des Kinésithérapeutes agréés anglaise.

Elle affirme trouver un lien direct entre port du soutien-sein et maux de dos, de cou et de posture chez ses patientes. “Si un soutien-gorge est trop serré, il peut créer une pression sur les nerfs, les muscles et les vaisseaux sanguins autour des épaules, le haut du dos et la cage thoracique. Ce qui peut conduire à des douleurs et des maux de tête.”

 

Soutien-gorge, confort et liberté

Alors quel choix faire ? Celui qui nous convient le mieux !

Mais un choix doit être fait en toute connaissance de cause. Le tout est de se demander pourquoi on souhaite porter un soutien-gorge et surtout, ne pas s’interdire de le laisser au placard à cause des diktats de la mode.

“Aimer (sa poitrine), c’est ce qu’il y a de plus beau !”. Rien ne sert de la cacher ou de la travestir avec des artifices, vivre avec naturellement, comme tant de femmes l’ont fait avant l’invention du soutien-sein ne serait-elle pas la solution idéale ?

 Pour celles qui souhaitent dire au revoir au soutien-gorge, voici ce qui pourrait vous arriver :

  • une sensation de liberté (corporelle mais aussi mentale)
  • un sentiment de confort inégalé (c’est ça de vivre sans soutien-sein qui me comprime la poitrine ? J’adhère !)
  • une envie d’accepter votre corps & d’assumer votre poitrine !
  • un gain de temps & d’énergie le matin (lequel je vais mettre, où je l’ai mis, comment je vais l’assortir à ma tenue du jour… terminé !)
  • une suppression des douleurs et des problèmes cutanés
  • un raffermissement des seins, une poitrine plus dynamique & plus jolie ! Comptez 6 mois environ pour que votre poitrine retrouve toute sa splendeur naturelle !

Sans oublier bien sûr une diminution du risque de kyste, de cancer du sein, une meilleure circulation lymphatique…

Convaincue ?

Afin d’effectuer une transition vers la liberté totale de votre poitrine, n’hésitez pas à y aller progressivement ! Dans l’idéal, choisissez tout d’abord des soutien-seins en coton bio certifié GOTS de préférence, sans armatures, pour commencer à faire respirer votre poitrine ! Testé & approuvé même par les fortes poitrines !

Pour débuter, pourquoi ne pas laisser votre poitrine au naturel les soirs, les week-end, les vacances… Puis pour aller chercher le courrier, prendre votre pain, faire une balade à la campagne… Laissez le temps à votre poitrine de se tonifier et de se réadapter ! Étonnamment, vous “risquez” de ne plus pouvoir vous passer de cette sensation de liberté & de bien-être, et de prendre la décision de laisser définitivement cet accessoire au placard !

Quelle est votre habitude avec le soutien-gorge ? Dites-nous tout en commentaires ! 

 

Témoignages :

” Article d’utilité publique ! Ici j’avais surtout trop chaud alors j’ai fini par l’enlever le week-end… Pour finalement me rendre compte que ça me coûtait très cher : outre le fait de pas me tenir droite, mon soutif trop serré serrait trop mes côtes, au point de me déplacer une vertèbre ! Le dernier bastion où j’en mettais, le boulot, est passé en Juillet. Même quand je fais du vélo, je n’en mets pas. Et personne ne l’a jamais remarqué : mes seins tombent, j’ai moins de seins sans qu’avec et donc j’attire moins les regards ! Magique ! “

” Ça fait plus d’un an que j’ai arrêté d’en mettre sous l’impulsion de mon homme qui me disait souvent que c’est inutile d’en porter et ayant une petite poitrine elle tient toute seule “

” Merci pour cet article ! La pression sociale reste forte dans mon entourage mais je reste convaincue ! Ce qui a changé ma relation avec le soutien-gorge c’est d’en avoir acheté un à ma taille et avec un bon maintien. Alors j’alterne entre pas de soutien et soutien selon les jours (brassière de sport indispensable pour moi pour la danse et l’équitation) et j’y trouve mon compte. “

” Le soutif n’était pas un supplice pour ma part. Seulement une volonté de m’affirmer et laisser mon corps libre de ce qu’une société peut imposer. C’est une forme de féminisme. Je dois supporter des regards et récemment j’ai même eu le “droit” à une réflexion ! Sur le coup je n’ai pas réagi, le temps que je réalise que les gens pouvaient donner leur avis sur ma façon de m’habiller. Cette réflexion montre qu’il reste du chemin à faire ! “

Laissez un commentaire

Sign in