Pourquoi se baigner en portant un tampon périodique est une mauvaise idée

Posté le : août 14, 2019

Catégories : Sante , Cycle Menstruel

Tags : règles , cycle menstruel , baignade , choc toxique , risques

Les dangers des tampons périodiques


Depuis des millénaires, les femmes utilisent des protections internes lors de leur menstruations : à partir de l’Egypte ancienne, les femmes nobles se servaient de fines baguettes recouvertes de coton ou de lin, et c’est dès les années 1930 que les premiers tampons tels que nous les connaissons aujourd’hui ont été commercialisés (mais tout de même après l’invention de la cup menstruelle!).

Aujourd’hui, on connait de mieux en mieux les dangers potentiels de leur utilisation, surtout lorsque l’on ne respecte pas les mesures de précaution (ne jamais porter un tampon plus de 8 heures, notamment).

Parmi les plus médiatisés, le risque de syndrome du choc lié à l’utilisation de tampons périodiques est connu depuis les années 70 : cette maladie rare, mais potentiellement très grave, est causée par une toxine bactérienne et les protections internes jetables peuvent être un facteur de cette infection.

De même, malgré les demandes incessantes des consommatrices, aujourd’hui encore aucun fabricant de tampon n’imprime sur les boîtes la composition exacte de ses produits, il est donc très difficile de déterminer ce qu’ils contiennent. Néanmoins, des études ont prouvé l’existence de traces de dioxines, de perturbateurs endocriniens, de substances soupçonnées d’être cancérigènes, de pesticides ainsi que de nombreux produits chimiques tels que les parabènes comme agents de conservation ou des phtalates comme ingrédients de parfum. Bien qu’il s’agisse de faibles doses, les muqueuses vaginales sont bien plus absorbantes que le reste de notre peau et une contamination est donc bien plus à craindre.

Pendant la baignade: risques multipliés


En revanche, ce que l’on connait moins, ce sont les risques supplémentaires auxquels on s’expose en utilisant un tampon lors de la baignade: en effet, le cordon, bien que très souvent gardé à l’intérieur du maillot pour des raisons esthétiques, nous expose à de multiples contaminations. L’eau remonte le long du cordon par capillarité et arrive dans le vagin, emportant avec elle le chlore de la piscine ou le sel de la mer, pouvant ainsi provoquer des irritations parfois immédiates.

De la même façon, les produits chimiques contenus dans certaines piscines, ainsi que les bactéries inévitables qui s’y trouvent également remontent aussi aisément.

Pour mieux se prémunir de toute issue regrettable, il est conseillé de changer immédiatement de tampon après la baignade. Cependant cette solution ne reste pas optimale car le vagin a tout de même été exposé à des produits indésirables et de mauvaises bactéries.

Le plus sûr pour profiter de la détente aquatique reste la cup menstruelle, ou le maillot de bain menstruel, grâces auxquels aucune remontée par capillarité n’est possible. Votre intimité reste donc protégée et isolée des bactéries extérieures, ce qui vous permet de profiter de ces instants sans inquiétudes !

Sources :

Élise Thiébaut, Ceci est mon sang. Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font, Paris, La Découverte, 2017.

FDA, Tampons and Asbestos, Dioxin, & Toxic Shock Syndrome [archive], Silver Spring, MD:U.S. Food & Drug Administration, 20 mars 2013.

Tampon, notre ennemi intime, documentaire d'Audrey Gloaguen avec la collaboration de Victoria Kopiloff, France, Dream Way Productions (avec la participation de France Télévisions), 2017.

Laissez un commentaire

Sign in