Incontinence et fuites urinaires : levons le voile !

 

L’incontinence et les fuites urinaires font partie du quotidien de beaucoup de femmes et d’hommes, à tous les âges de la vie. Finis les tabous : des solutions et des protections existent.

L’incontinence reste aujourd’hui un sujet tabou. Pourtant elle touche, en silence, des millions d’hommes et de femmes. Et pas uniquement nos ainé(e)s. Zoom sur ce souci du quotidien pour lequel des solutions existent !

L’incontinence : plus fréquente qu'on ne le croit

L’incontinence, c’est quoi ?

Aujourd’hui, l’incontinence toucherait environ 5% de la population(1), soit des millions de personnes à l’échelle de la France. Chez l’adulte, l’incontinence se traduit par des pertes urinaires que l’on ne peut contrôler. Ces dernières peuvent survenir à la fois de jour comme de nuit. Malheureusement, à l’heure actuelle, ce souci inconfortable reste trop peu pris en charge.

(1) Source : LOH KY, SIVALINGAM N. Urinary incontinence in the elderly population. The Medical journal of Malaysia. [Review]. 2006 Oct ; 61(4) : 506-10 ; quiz 11.

Pourquoi l'incontinence est-elle tabou ?

Les pertes urinaires et l’incontinence restent aujourd’hui un sujet tabou. Difficile d’évoquer ce sujet, car l’incontinence ramène à des images péjoratives.

Pour la psychanalyste DR Gisèle Harrus-Revidi, une piste explicative résiderait dans la symbolique des mictions. Si l’urine est objet d’attendrissement chez le bébé, elle devient horrible chez les personnes âgées. Par ailleurs, la capacité de contrôle du sphincter est l’une des spécificités qui nous différencie des animaux. Enfin, l’incontinence ramène au « pipi dans la culotte » et à son lot d’interdits parentaux.

Conséquence, de nombreuses personnes touchées par les pertes urinaires vivent avec un sentiment de honte et veulent à tout prix cacher ce problème qui les affecte. Pourtant, la situation n’est pas si grave et doit être absolument dédramatisée. Pour cela, il faut mieux informer et sensibiliser le grand public, qui doit davantage se tourner vers de nouveaux traitements et protections aidant les incontinents à ne plus négliger leur vie sociale ou personnelle.

Qui est concerné par l'incontinence ?

Le spectre des personnes pouvant souffrir d’incontinence est très large. Il peut en effet s’agir de :
-femmes enceintes
-jeunes mamans
-personnes souffrant de troubles ou d’infections de la vessie, diabétiques, handicapées ou âgées.

Contrairement aux idées reçues, nos aînés sont donc loin d’être les seuls à être affectés par l’incontinence. Une large part de la population est concernée, plus particulièrement les femmes.

Une étude menée en 2015 par l’UC Davis Medical Center révèle d’ailleurs que 68% des femmes âgées de 42 à 64 ans rencontrent au moins un épisode de fuites par mois. Or, seulement 68% de ces femmes entament une démarche de recherche de traitement(2).

(2) Source : Obstetrics and Gynecology 2015 doi: 10.1097/AOG.0000000000000808 Factors Associated With Seeking Treatment for Urinary Incontinence During the Menopausal Transition

Incontinence et fuites urinaires : quelles causes possibles ?

Du côté des femmes, l’incontinence est favorisée par les grossesses, les accouchements par voie basse, les bouleversements hormonaux qui accompagnent la ménopause et le relâchement des muscles du plancher pelvien au fil de l’âge.
Chez l’homme, les pertes urinaires apparaissent généralement après une intervention chirurgicale au niveau de la prostate.
Par ailleurs, l’incontinence peut également survenir suite à la prise de médicaments comme les antidépresseurs, les relaxants musculaires ou les psychotiques.

1 femme sur 4 est touchée : Selon l’Université américaine de Palo Alto, une femme sur 4 rencontrera des problèmes de fuites urinaires au cours de sa vie d’adulte.

Quels sont les différents types d’incontinence urinaire ?

L’incontinence à l’effort

Elle survient en cas d’effort physique ou lors du soulèvement d’une charge, d’un rire, d’une marche, d’une course ou encore d’un éternuement. Ici, la personne ne ressent pas de besoin d’uriner. C’est l’effort qui entraîne un jet d’urine, plus ou moins abondant.

L’explication médicale est la suivante : l’effort corporel élève brutalement la pression abdominale sur le plancher pelvien.

Mais le soutien du bassin doit être suffisamment tonique pour garantir la fermeture de l’urètre. A défaut, des fuites peuvent survenir.

L’incontinence par impériosité

Ce désagrément est dû à une instabilité ou à une hyperactivité vésicale. Conséquence: l’envoi de messages de mictions urgentes alors que la vessie n’est pas totalement remplie. Le besoin d’uriner est irrépressible. La miction est brutale et intense.

L’incontinence mixte

Elle réunit incontinence par impériosité et incontinence à l’effort. Elle touche environ 1,5% des femmes(3).

Les troubles urinaires d’incontinence

Aux côtés de l’incontinence à l’effort, par impériosité et mixte, on retrouve également différents troubles urinaires tels que :
-l’incontinence par regorgement, dûe à une contraction anormale de la vessie, qui provoque une rétention d’urine chronique,
-l’incontinence fonctionnelle, qui concerne plus particulièrement les personnes âgées. Dans ce cas, ces dernières ont des difficultés à se rendre aux toilettes pour cause de mobilité réduite, souvent suite à une maladie,
-l’incontinence permanente ou totale, où l’écoulement d’urine est continu, diurne et/ou nocturne sans que la personne n’ait la volonté d’uriner. Ce trouble est dû à une insuffisance sphinctérienne, ou à une maladie neurologique.

(3) Source : Etude de l’INSERM publiée le 14 avril 2008

Le saviez-vous ?

Cette classification permet aux personnes de savoir précisément quel type d’incontinence les concerne. Ainsi, elles peuvent disposer d’un meilleur suivi thérapeutique.

Incontinences et fuites urinaires : comment les éviter ?

Que l’incontinence soit légère ou sévère, des solutions existent pour limiter ce souci inconfortable qui perturbe la vie de millions de personnes.

Garder une bonne hygiène alimentaire

En suivant quelques conseils alimentaires simples, vous pouvez limiter sensiblement le phénomène d’incontinence.
Buvez beaucoup d’eau et consommez des fibres afin d’éviter la constipation. Le fait de « pousser » peut induire un relâchement des muscles du périnée.
Mangez équilibré afin d’éviter le surpoids. Une étude parue dans la revue médicale Journal of the American Geriatrics Society révèle en effet que la prévalence de l’incontinence urinaire est deux fois plus forte chez les femmes ayant un IMC élevé.

Tonifier son corps

Afin que le sphincter qui ferme la vessie fonctionne bien, vous devez veiller à ce que votre périnée reste parfaitement tonique. Par exemple en vous entraînant à le contracter au cours de la journée, en comptant jusqu’à 5 ou 10, puis en relâchant. Un exercice que vous pouvez pratiquer, ni vu ni connu, au feu rouge ou en attendant le bus. Trois à quatre séances par jour suffisent tonifier le plancher pelvien !

Autre option, celle de la rééducation périnéale chez le kinésithérapeute ou la sage-femme, sur prescription médicale.

Enfin, vous pouvez également investir dans des boules de geisha ou des œufs de yoni, aidant à renforcer la tonicité du périnée et par conséquent, à limiter les fuites urinaires.

Choisir des protections adaptées à son incontinence

En cas de petites fuites urinaires d’effort : un protège slip mini ou medium en coton bio suffit à vous protéger au quotidien.

Si les fuites sont plus fréquentes et importantes, optez pour des protections renforcées, adaptées à votre morphologie.

Des serviettes hygiéniques bio sont capables d’absorber un flux urinaire moyen ou plus important chez la femme.

Du côté des hommes, les fabricants proposent désormais des protections masculines bio confortables et anatomiques pour les pertes occasionnelles, quotidiennes ou plus intenses. A chacun sa solution personnalisée !

À retenir : 3 bons réflexes simples contre l’incontinence

- Toujours écouter les messages d’alarme de son corps et ne jamais se retenir d’aller aux toilettes
- Boire suffisamment au cours de la journée. A défaut, la vessie peut s’habituer à de petites quantités et devenir très sensible.
- Si vous souffrez d’incontinence par impériosité, veillez à aller aux toilettes toutes les 3 heures et à bien vider votre vessie à chaque fois.