Journée Mondiale de l'Hygiène Menstruelle 2022 : PliM toujours plus engagée !

AdobeStock_408347552.jpeg

 

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle (Menstrual Hygiene Day), 5% des ventes réalisées du 28 mai au 28 juin 2022 sur tout notre site seront reversées sous forme de produits menstruels à l’opération “Gentils Coquelicots, Mesdames” du CCAS de Poitiers.

 

Vous souhaitez vous engager avec nous ? C'est peut-être le moment de craquer pour une de nos culottes menstruelles, de nos serviettes hygiéniques lavables ou de nos maillots de bain menstruels par exemple ! ;-)

 

La Journée Mondiale de l'Hygiène Menstruelle : c'est quoi ?

Le "Menstrual Hygiene Day" (ou MH Day) a lieu tous les ans le 28 mai, depuis 2014. Cette journée est dédiée à la lutte contre les tabous des menstruations, pour l’éducation et l’accès à des protections intimes de qualité pour tou.te.s

Depuis ses débuts, PliM est fortement engagée dans la lutte contre les tabous et contre la précarité menstruelle. C'est pourquoi nous proposons chaque année une opération spéciale à cette occasion !

En savoir plus

PliM soutient les associations locales

En 2022, PliM a souhaité concrétiser son engagement sur son territoire local, le Poitou-Charentes. Elle soutient donc l’opération “Gentils Coquelicots, Mesdames” du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Poitiers.

Ce dispositif mis en place depuis 2020 vise à collecter des protections hygiéniques sur le territoire de Poitiers via des boîtes à collecte et à les reverser à des associations locales telles que la Croix Rouge, le Secours Populaire ou encore des associations étudiantes.

21000 protections jetables ont été collectées en 2021… mais aucune lavable !

PliM devient donc le partenaire privilégié de “Gentils Coquelicots, Mesdames” pour les protections lavables et réutilisables.

La précarité menstruelle en chiffres

En France, en 2021, 1,7 million de femmes manquent de protections hygiéniques (1). Parmi les femmes interrogées par l’IFOP et bénéficiaires d’associations, 39% ne disposeraient pas du tout ou insuffisamment de tampons ou de serviettes hygiéniques.

La précarité menstruelle est également importante chez les jeunes générations : 15% des jeunes filles renoncent à changer de protection hygiénique aussi souvent que nécessaire. Une enquête a même révélé qu’un tiers des étudiant.e.s aurait “besoin d’aide pour acheter des protections hygiéniques” (2).

En savoir plus sur le MHD chez PliM

(1)  Sondage IFOP pour Dons Solidaires (2021)

(2) Enquête menée par plusieurs associations étudiantes auprès de 6500 étudiant.e.s (2021) et révélée par Libération